Histoire

Nombres d'ouvrages ont été écrits à ce sujet, notamment ceux d'Edmond Couchot et Frank Popper (voir notre bibliographie).

Les origines de l'art appuyé sur des algorithmes remontent presque aussi loin que les algorithmes. Les musiciens y ont très tôt pensé. L'idée est dans l'air à la fin du XIXe siècle. A la fin de l'écriture de Parsifal, Wagner couvre les pages de chiffres et dit N'importe qui pourrait maintenant terminer la partition à ma place. Il y a une mention explicite dans La journée d'un journaliste américain en 2889" de Jules Verne.

La théorie est très développée par le compositeur-professeur Joseph Schillinger. La musique sérielle a été pour une part la réalisation concrète de ses idées. Il pense d'ailleurs aussi à un "graphomaton" : The mathematical basis of the arts, Philosophical library, New York 1948. L'ouvrage est posthume et sa rédaction date certainement des années 1930. Voici un exemple d'oeuvre reproduite dans l'ouvrage :

Derivative Design - Schillinger
Derivative Design - Schillinger

Noter que le terme avait un autre sens au début du deuxième millénaire à l'époque du débat entre algoristes et abacistes (voir "notation positionnelle" sur wikipedia).

Parmi les noms des précurseurs on peut citer :

  • Howard Cohen (programme Aaron), toujours actif et poursuivant ses développements;
  • Manfred Mohr;
  • l'Oupeinpo;
  • Jean-Pierre Hébert (membre de l'association française);
  • Roman Verotsko.

On trouvera le point de la situation telle qu'elle était en 2006 sur wikipedia.

Elise Aspord a présenté une thèse d'histoire de l'art sur le thème "L'art évolutif et comportemental".

Nous tentons d'élaborer et de mettre à jour une liste aussi complète que possible des algoristes dans le monde.

Quant à l'association française, un premier projet de groupe de travail au sein du Paris ACM Siggraph avait été formulé au début de 2006. Il a été jugé préférable de constituer une association indépendante. La première réunion en France a eu lieu le 10 juillet 2006, à l'initiative conjointe de Pierre Berger et Alain Lioret. Y participaient en outre : Chu-Yin Chen, Pierre Kueny, Anne-Sarah Le Meur, Jean-Christophe Levet , Alain Montesse, Guy Rabiller, Eve Ramboz et Frank Verpillat. Jean-Pierre Hébert y apportait son soutien depuis Santa-Barbara en Californie.

L'assemblée constitutive s'est tenue en décembre 2006 et la déclaration officielle est parue au JO du 27 janvier 2007.

L'association se réunit depuis régulièrement. Elle a lancé deux projets coopératifs : Primeval et Alkwarel. Depuis septembre 2009, le projet actif de l'association est "la glu".